Griffin Beacon : plus de points faibles que de points forts pour ce modèle de télécommande universelle

Griffin Beacon

Beacon est une télécommande universelle moins pratique que les modèles conventionnels. Son noyau, c’est un émetteur infrarouge fonctionnant avec 4 piles, pour une durée d’environ un mois. En forme de boîtier plastique, c’est cet émetteur qui transmet les commandes aux divers appareils à contrôler. Seulement, pour être efficace, il doit se situer bien en face desdits appareils. Ce dossier vous dévoile l’essentiel des caractéristiques du Beacon, des spécificités qui n’inspirent pas un optimise béat.

Une prise en main contraignante

L’utilisateur commence donc par télécharger une application et l’installer sur son Smartphone ou tablette. La communication entre l’émetteur et l’appareil mobile se fait via Bluetooth. L’interface de l’application, elle, est tout sauf intuitive. Griffin-BeaconElle arbore tout bonnement une retranscription sur écran des touches classiques d’une télécommande. On mettre cependant au crédit de Beacon la liberté de choix quant à la disposition de ces touches virtuelles.

Une fois l’application activée, une sorte de guide suggère le rajout d’éléments contrôlables à partir d’une vaste base de données. Si l’utilisateur peut choisir la marque et le genre d’appareil, il ne peut ni saisir ni voir s’afficher le modèle qu’il veut contrôler. L’utilisateur doit se contenter d’une liste déroulante de numéros, sur lesquels il faudra appuyer un à un jusqu’à ce que l’appareil se mette en marche. Sans compter qu’après l’enregistrement des appareils, l’utilisateur doit en mémoriser les emplacements dans la maison.

Un fonctionnement peu commode

Effectivement, l’utilisateur doit en effet mettre en marche l’émetteur, débloquer son appareil mobile, configurer le niveau sonore, sélectionner une chaîne, etc. Le fabricant a par ailleurs eu la mauvaise idée de priver le Beacon de certaines fonctions avancées des appareils mobiles (reconnaissance vocale, gyroscope, etc.). Sans compter que le guide de programmes interactifs n’est disponible qu’aux Etats-Unis et au Canada.

Les activités : unique point fort de cette télécommande atypique

Déjà, on mettra au crédit du fabricant la facilité de la configuration des activités. L’utilisateur peut créer comme dans du beurre autant d’activités qu’il souhaite : regarder un Blu-ray, regarder la TV, écouter de la musique, et plus encore.

Une fois lancée, une activité permet d’allumer instantanément plusieurs appareils. Beacon se charge alors de répartir les différentes entrées et sorties. De plus, contrairement à certains modèles classiques, on peut passer changer d’activité sans avoir à éteindre l’ensemble des périphériques en marche.

Be the first to comment on "Griffin Beacon : plus de points faibles que de points forts pour ce modèle de télécommande universelle"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*